Sujets en préparation

The Revenge of the Witches: How Women change the game in Biology.

Margarett McFall, Nicole King, Bonnie Bassler, and of coiurse Lynn Margulis in the recent past… These women are empowering a new turn in biology, focussing on symbiosis as a main driver in evolution. A quick look at the vocabulary they promote invites us for a Journey back in the Middle Age, when women were violently deposessed of their biological knowledge and healing craft, opening to an era of deterministic médicine and biology, where all relations were supposed absent, except for the pseudo relation of causality.

Poros et Tekmor:  divinités des origines et constitution biologique de l’espace. (dans la série: « myhtologie grecque et biologie »)

Retour sur la cosmogonie du papyrus d’Alcman. Ici, le monde s’éveille à travers un couple de divinités primordiales, qui apporte un écho lointain à la critique bergsonienne de la spatialisation moderne. Je mets en rapport ces deux divinités avec le champ émergent de la sémiologie bactérienne. Ici, l’espace n’est pas un vide prédéfini dans lequel chaque particule occupe la place qui lui est assignée par le jeu des déterminismes, mais une éco(co)construction tactile à coups d’intensités relationnelle, qui se déploie dans un réseau connectif de voies (pathways, Poros) et signaux (signals, Tekmor).

A general hypothesis for multispecies systems including microbiome.

Here, we oppose health as stability and health as elasticity, by importing the ecological concept of resilience in the host-microbiome model. We hypothesize a role of environnemental cues in chronical « resetting » of those ecosystems that initialize the feedbacks to avoid any multispecies system to « run amok » (based on the models of temperate forests, vibrio-squid and biological clock). We also re-read Nietzsches dualistic concepts of Appolo and Dyonisos and apply it to life and health in multispecies systems. This leads us to formulate a general hypothesis that those systems rely on a kind of « waddle » that it is better to bear one’s own inside chaos in order to be able to reinvent oneself through environnemental change…

Vivons-nous une nouvelle époque hellénistique ?

Cet article est basé sur l’évolution des grandes philosophies de la période démocratique vers les pensées éthiques de la fin de l’empire hellénistique: stoïcisme, épicurisme, cynisme. On rapproche cette transition de l’obsession du salut individuel qui saisit les élites occidentales face à des phénomènes de dégradation sur lesquels ils n’ont plus de prise individuelle ni collective.

Damnation et salut : deux figures à conjurer

Agir semble être la chose la plus difficile à l’ère du changement climatique et de la 6ème grande extinction. La culpabilité nous maintient dans une prostration quasi dépressive. Mais le salut par les nombreuses solutions « zéro » (zéro déchet, zéro émission, véganisme…) ou le repli spirituel (on ne compte plus les thérapies dérivées des sagesses orientales) augmentent-ils pour autant notre capacité d’action? En réalité, les deux doctrines participent de la même impasse moderne occidentale, celle de l’enfermement dans la subjectivité individuelle, pour le meilleur et pour le pire.

Substitution ou transformation: un choix des temps.

Relations externes et internes. Vérité moderne et prémoderne. Argent et fermentation. Question environnementale.

Globalisation et invasivité : considérations théoriques.

Les espèces invasives sont l’une des menaces principales sur la biodiversité. Reprenant le modèle écologique de Huston, qui situe chaque optimum de biodiversité dans un équilibre entre stress et perturbation, on suggèrera que ce modèle ne résiste pas à une cinétique d’invasion telle qu’elle est induite par l’activité humaine mondialisée. Le facteur humain serait absorbable en théorie si stress et perturbation augmentaient ensemble, mais en plus de l’instabilité intrinsèque du modèle à sa limite supérieure comme inférieure, l’augmentation des expositions aux invasives borne encore davantage ce modèle.

Par la suite, je propose de revisiter les grandes extinctions du Paléocène à la lumière de la globalisation du modèle de la chasse, en proposant de considérer  la cinétique d’extension des pratiques d’exploitation des ressources, plus forte que l’adaptation culturelle aux stocks locaux, comme le facteur déterminant.

 

Publicités

Auteur : symbiosphere

Biologiste et historien de la philosophie belge d’ascendance celte. Né en même temps que la crise pétrolière. Se revendique du courant alterdarwiniste et de la théologie des puissances intermédiaires confuses. Herboriste néopaïen, confesse une croyance à faible intensité en un Dieu unique et croit encore moins en l’Homme, mais bien à la multitudes des interactions et des esprits qui criculent entre la croûte terrestre et la voûte céleste, ainsi qu’aux chants et prières qui les flattent ou les agacent. Libéral pour les pauvres et socialiste pour les riches, juste pour rééquilibrer. Lance en 2016 une réflexion symbiopolitique en vue de renouer des alliances entre les populations humaines, végétales, animales et microbiennes contre la menace des biorobots et l’impérialisme technoreligieux de l’Occident capitaliste. M.L. : « Tout ce qui précède est vrai sauf ma nationalité, car la Belgique n’existe plus assez pour me nationaliser. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s